L'edito du mois d'octobre 2017

photo-edito2017Capture

 

2017 se termine sur la lancée du salon Air Cargo Forum  organisé à Paris  et qui aura marqué de son empreinte le long chemin de la digitalisation du fret aérien . Rassemblées sur un stand commun les entités de la douane , TLF, SYCAFF, CIN France ont démontré une volonté commune d’unir les compétences et les différents acteurs autour du projet français de dématérialisation . Différents évènements professionnels durant l’année 2017ont rappelé cette détermination à réussir la digitalisation du fret aérien.

2017 aura permis le lancement d’une nouvelle plateforme collaborative nommée CIN NG utilisant les plus récentes technologies informatiques pour répondre efficacement aux enjeux à venir et notamment douaniers. Le nouveau Code des Douanes européennes est devenu une réalité . Il met en évidence les besoins ainsi que les obligations de digitalisation du fret aérien pour obtenir des procédures de facilitations opérationnelles notamment pour la gestion des flux physiques et la gestion des entrepôts sous douane. De nombreux utilisateurs de CIN France ont lancé le Suivi Des Marchandises (SDM) entre les entrepôts et les aéroports. 2018 verra certainement la fin des documents T ainsi que la fin de la comptabilité matière « papier » de certains entrepôts  au profit d’une gestion numérique sur la plateforme CIN France .

Plus de 300 opérateurs sont quotidiennement actifs sur CIN France et représentent certainement une des plus importantes communautés européennes (si ce n’est la plus importante) à dialoguer sur une plateforme opérationnelle et à échanger des données. Le trafic de données ainsi que les utilisateurs sont repris mensuellement sur le site www.cin-fr.fr .

La digitalisation des documents s’élargit petit à petit aux chargeurs qui sous l’impulsion de certains commissionnaires de transport alimentent en amont le CIN avec des données nécessaires au bon suivi logistique.

Schneider Electric et DHL furent les premiers à initier ces échanges de données, Geodis et Thales , Sanofi , Air France Industrie , Chanel, Presstalis etc… ont suivi cette démarche . La digitalisation de la déclaration de marchandise dangereuse va rendre l’adhésion des chargeurs obligatoire . En effet, seul le chargeur ou son emballeur désigné peut initier et alimenter légalement la base du CIN pour la déclaration de marchandise dangereuse : la e-DGD.

 

La disparition de tous les documents d’accompagnement du fret aérien s’accélère avec l’avènement des échanges complexes de données qui concernent une multitude d’intervenants (chargeur, commissionnaire en transport , gestionnaire d’entrepôt, assistant de compagnie aérienne, compagnie aérienne , aéroport, douane,…). Seule la mise en production de tous ces échanges entre les opérateurs permettra la digitalisation complète des documents d’accompagnement . Parions que la AWB bénéficiera de cette globalisation et deviendra naturellement une e-AWB systématique. 

 

 

L'edito du mois de janvier 2016

jfb2016par Jean-François BOUILHAGUET - CEO de CIN France

Janvier 2016

Engagé dans l’exercice 2016, CIN France a atteint ses objectifs commerciaux en couvrant plus de 90% des expéditions aériennes  quittant ou entrant sur le territoire français par un aéroport de la métropole durant l’année 2015.


Nous devons remercier tous les éditeurs de solutions logicielles implantés chez les adhérents de CIN France pour les opérations douanières, la logistique, la gestion des entrepôts et plus particulièrement Conex , Akanéa , TDA , Esaylog qui ont adhéré eux aussi  à CIN France et se sont interfacés avec notre plateforme collaborative.


Avec plus de 100 000 MRN traités automatiquement  en ECS par mois , CIN France est définitivement une plateforme collaborative industrielle destinée à faciliter les opérations pour les professionnels  de fret aérien. Difficile de ne pas saluer certains opérateurs qui depuis 2 ans servent de pilotes sur de nombreux projets de dématérialisations en partenariat avec la direction fret des douanes de Roissy CDG : KWE le plus avancé sur la dématérialisation et la traçabilité aéroportuaire, Qualitair et Partnair situés sur la Zone du Moulin et précurseurs de la dématérialisation des bordereaux de prises en charge (demande de destruction, prolongation, remise à l’intérieur, transbordement …), Air France KLM pour le certificat de sureté dématérialisé , SODEXI pour la comptabilité matière , SDV pour le suivi des marchandises dans le hub de réception de CDG , Ziegler pour le e-freight , Schenker-ATH, Europe Manutention, le groupe WFS et ses filiales pour la gestion des comptabilités matières, Cargo Group (GEH) pour la traçabilité en piste …


Notons aussi l’initiative récente de Schneider Electric  et de son commissionnaire DHL qui relient désormais l’ensemble des opérations en douane Exp0rt faites généralement en domiciliation par Schneider Electric avec les opérations physiques et administratives assurées par DHL à CDG grâce à la plateforme de CIN France. L’ensemble des expéditions de Schneider Electric produites sur différents sites sont tracées et annoncées par le CIN  à DHL pour la gestion des ECS remis dans les groupages au départ des aéroports français mais aussi européens dont Londres Heathrow. L’arrivée des clients exp0rtateurs des commissionnaires sur la plateforme CIN France marque l’intérêt collaboratif de cet outil afin de garantir la fiabilité des opérations tout en maintenant une rapidité d’exécution dans un environnement réglementaire de plus en plus sécurisé et complexe.


Durant l’année 2016, les équipes du CIN en partenariat avec les adhérents vont accélérer la production du e-freight qui seul garantira la dématérialisation complète de tous les documents afin de répondre rapidement aux procédures annoncées de contrôle des chargements sur l’escale d’origine par les autorités de destination quelques heures avant le décollage. Nous comprenons l’impérative nécessité de maitriser toutes les informations concernant la nature de la  marchandise présente dans chaque colis chargé mais aussi sa localisation précise sur l’aéroport pour pouvoir l’intercepter en cas de refus de chargement sans pénaliser le process global de préparation et de mise à bord du vol.


A la demande des autorités françaises ainsi que des professionnels du transport CIN France a répondu présent pour étudier tout rapprochement technique et opérationnel avec les CCS maritimes existants. L’émergence d’un outil global destiné à faciliter le suivi et le traitement des opérations d’exp0rtation multi-modal nous emble être une évidence. Spécialisés dans les fonctionnalités aériennes qui restent  très différentes de celles du maritime , les outils de CIN France resteront certainement techniquement différents mais les modes d’accès et de consultations peuvent être communs pour les utilisateurs. Ce savoir-faire aérien et maritime « made in France »  mutualisé deviendrait certainement une offre de service à l’exp0rtation très puissante bénéficiant d’une expérience sur des ports et aéroports de dimension majeure.


L'edito du mois d'octobre 2014

JF.Bouilhaguet - Président de CIn Francepar Jean-François BOUILHAGUET - CEO de CIN France

Octobre 2014

2014 , vers la dématérialisation,
2015 , le e-freight.

Avec plus de 2 millions d’ECS ou d'ICS traités par an , la plate-forme collaborative de CIN France regroupe plus de 250 opérateurs qui, grâce à cet outil ,échangent sur l’ensemble des aéroports français les informations nécessaires au traitement du fret aérien.

CIN France apparaît de plus en plus comme le support adapté à la dématérialisation des opérations logistiques, douanières et d’assistance aéroportuaires. Sous l’impulsion de la direction des douanes de Roissy CDG de nombreux opérateurs participent aux différents pilotes « e-freight » à l’expοrt et à l’impοrt :

- dématérialisation de la comptabilité matière chez Partnair en collaboration avec l’éditeur de logiciel TDA,

- dématérialisation des procédures exp0rt avec la mise en place de l’e-freight chez  Kintetsu , Ziegler , SDV, Necotrans et l’éditeur logiciel AKANEA  ,ainsi que  WFS , Air France Klm, Singapour Airlines , Emirates , Delta,

- dématérialisation des procédures impοrt avec la mise en place de l’e-freight avec Kintetsu et Air France Klm.

Tous ces projets doivent nous amener à la dématérialisation possible en 2015 sur tous les secteurs du fret aérien. En effet la lenteur  du développement du e-freight trouve sa source dans la multiplicité de systèmes opérationnels. Les accords bi-latéraux  entre compagnie et commissionnaire en douane marquent l’intérêt commun à participer à l’avènement du e-freight (limité à l’e-AWB) mais n’apportent pas une solution globale ou chacun (notamment les douanes) trouve ses informations administratives ou opérationnelles.

Les CCS aériens intègrent l’ensemble des informations opérationnelles et administratives. Ils permettent la gestion très particulière de la sûreté aérienne, des certificats administratifs de destruction de marchandises, des certificats vétérinaires etc… Reliés aux opérateurs en piste, ils garantissent une traçabilité très fine des chargements en soute. La tendance étant l’utilisation massive des soutes des avions passagers (72 % des flux internationaux) pour le transport du fret aérien, nous comprenons  la nécessité d’un contrôle précis de la sûreté des marchandises.
Les autorités américaines ont déjà annoncé la date du 1er janvier 2016 pour que l’ensemble des informations liées à l’impοrtation ou l’expοrtation des marchandises soient totalement « Digital ».

Le CIN en France devient l’outil collaboratif qui répond aux besoins de multiples aéroports, de multiples opérateurs et qui garantit la standardisation liée à une plate-forme commune pour les échanges électroniques à venir. Ne doutons pas que 2015 connaîtra l’avènement définitif du e-freight.

L'edito du mois de juin 2013

JF.Bouilhaguet - Président de CIn Francepar Jean-François BOUILHAGUET - CEO de CIN France

Juin 2013

2013 : l'année de l'industrialisation des procédures douanières ICS, ECS et SDM conformément aux directives européennes.

Pour l’ICS (imp0rt Custom System) , le CIN distribue de nombreux flux d’informations auprès des douanes françaises notamment des compagnies aériennes Air Tahiti Nui , Air Caraibes , Air France KLM , Lan-TAM, Cubana…

L’ICS en Europe , L’ACAS aux USA marquent une évolution irréversible vers un contrôle plus précis des marchandises par les pays imp0rtateurs. Préparons nous à adopter le système harmonisé ( SH ) pour la définition précise de la nature des marchandises dans nos différents messages.

Pour l’ECS , la douane avait prévenu tous les opérateurs depuis 2 ans de la fin annoncée des souplesses de saisies informatiques. Depuis fin 2012,  chaque opérateur de la chaîne du transport doit spécifier la nature du traitement physique qu’il opère : arrivée sur l’aéroport , consolidation et chargement vol , décollage de l’avion et notification de sortie du territoire européen. Quelques anomalies subsistent notamment dans la synchronisation des étapes. Par exemple , des déclarations d’arrivées sur l’aéroport sont transmises alors que l’avion est déjà parti avec la marchandise à bord. Chacun comprendra qu’il devient difficile de contrôler une marchandise déclarée comme arrivant sur l’aéroport d’origine alors qu’elle est déjà à destination. La douane refuse donc de valider un visa de sortie dans de telles conditions et bloque l’exonération de TVA de la facture de l’expéditeur.

Le Suivi De Marchandise , étape obligatoire pour aller vers la dématérialisation complète des procédures administratives, est en « pilote » sur deux entrepôts. Ne doutons pas du succès de ces deux pilotes qui devraient se généraliser dans quelques mois.

Nous voyons que ces différents services imposent rigueur et technicité pour l’ensemble des opérateurs . Chaque entreprise est un cas particulier ( service informatique à l’étranger , traitement physique et informatique sous traités , connexion directe à la plate-forme CIN, connexion via un progiciel douane existant, entrepôts en pleine propriété ou pas , …). De plus l’information en temps réel impose souvent une réorganisation des process , des horaires des salariés. Chaque adhérent du CIN est engagé dans cette petite révolution. La Douane participe activement aux différents chantiers de simplification qui devraient nous conduire vers une gestion des Magasins Sous Douane et des transits totalement dématérialisée.

Nous avons opté pour une organisation très décentralisée ; chacun connecte son informatique existante à la plate-forme CIN ou utilise simplement le Portail CIN. Servir 300 opérateurs dans de telles conditions peut prendre plus de temps au lancement mais garantit une meilleure intégration technique de l’ECS et du SDM dans le fonctionnement quotidien de l’opérateur.

Encore quelques semaines seront nécessaires pour que tous les adhérents déterminent définitivement leur organisation. Mais ne perdons pas de vue que cette étape nous prépare tous à la réalité du e-freight.

L'edito du mois de mai 2012

JF.Bouilhaguet - Président de CIn Francepar Jean-François BOUILHAGUET - Président de CIN France

Mai 2012

Le métier du fret aérien change, une véritable petite "révolution" s'annonce obligeant tous les opérateurs à plus de visibilité, plus de traçabilité, plus de transparence...

Satisfaire aux obligations douanières nouvelles et plus particulièrement à l'ICS et à l'ECS, satisfaire aux règlementations récentes en matière de sûreté et de sécurité est un véritable parcours du combattant tant les participants, à l'acheminement d'une seule expédition, sont nombreux.

Les compagnies aériennes, les "handlers", les opérateurs magasins, les opérateurs de transport en piste, les transitaires voire dans certains cas les chargeurs eux-mêmes ont tous un rôle à jouer dans la chaîne logistique, rôle qui s'avère de plus en plus complexe dans un domaine comme celui de l'aéroport Charles de Gaulle à Roissy.

A l'heure où le terme "e-freight" est employé à tour de bras, il semblerait que la réalité en soit encore éloignée et que nous croulons tous sous des procédures "papier" en augmentation croissante et proportionnelle aux niveaux de sûreté et de sécurité réclamés par les diverses autorités (Douane, DGAC...). D'autres plateformes aéroportuaires européennes s'équipent également de CCS (Cargo Community System) où sont en cours de le faire pour atteindre les mêmes objectifs que le CIN France à CDG.

Le CIN (Cargo Information Network) est un projet ambitieux, visant à simplifier, à fluidifier les transferts d'informations entre les différents opérateurs et transporteurs au sein d'une base de données communautaire. Le CIN prend également en charge les opérations d'échanges de données avec les douanes dans le cadre des procédures ICS et ECS.

C'est avec enthousiasme et une conviction, héritée de mon activité professionnelle quotidienne sur Roissy CDG, que j'ai pris la présidence du CIN en décembre 2011 car je suis plus que persuadé du bien fondé de cette plateforme d'échange qui permet de mutualiser les informations nécessaires à chaque opération, chaque opérateur et à chaque transporteur rendant ainsi les tâches plus simples et les investissements partagés par tous, quelque soit la taille de leur entreprise, de la TPE aux compagnies aériennes majeures.

L'e-logistique du fret aérien est désormais en marche à CDG mais aussi au départ des principaux aéroports de la métropole, charge à chacun d'entre vous d'en tirer le meilleur parti!

Informations supplémentaires