Articles

e-Freight - Un coup d'accélerateur ?

Le CIF a lancé un groupe de travail dédié à l'e-Freight et, depuis quelques semaines les réunions s'enchaînent avec un dynamisme certain !

Les différents acteurs (Aéroports de Paris, les compagnies aériennes, transitaires, handlers, chargeurs...) sont de plus en plus nombreux à participer à ce groupe de travail et ont la ferme intention de faire accélérer le mouvement !

La première phase consiste à dématérialiser la LTA (Lettre de Transport Aérien ou Air Way Bill en anglais) le plus souvent que possible.

Certaines compagnies aériennes, au départ de CDG, proposent déjà à leurs clients une dématérialisation de ce document dans près de 100% des cas mais elles se comptent sur les doigts d'une main...

C'est toute la chaîne logistique qui est impactée et c'est pourquoi chaque "opérateur" doit apprendre à travailler sans ce document et, par conséquence, doit modifier ses procédures de traitement. C'est là que le CIF joue un rôle important en rassemblant régulièrement les différents opérateurs afin de les aider dans cette transformation.
On peut dématérialiser la LTA de deux manières :

  • en envoyant son équivalent électronique sous la forme d'un message FWB (CargoImp) directement à la compagnie,
  • en se connectant au site de la compagnie aérienne (toutes ne le proposent pas encore...) et en remplissant un formulaire correspondant à une LTA,

la compagnie accuse ensuite la bonne réception de ces éléments et sera alors en mesure d'accepter du fret, sans la "fameuse" lettre de transport aérien, si difficile à imprimer correctement... Toutefois, le fait de transmettre sa LTA de manière électronique ne se substitue pas à la notion de "réservation", qui reste un processus différent.

Côté planning, les participants à ce groupe de travail souhaitent la mise en place d'un ensemble de mesures visant à faciliter le passage à l'e-Freight, sous la forme d'une "charte" qui engagerait chaque acteur, volontaire dans un premier temps, de la chaîne logistique.

Bien évidement, CIN France participe à ce groupe de travail et compte bien jouer un rôle important dans la simplification et la dématérialisation des documents de transport !

Informations supplémentaires